30 octobre 2008

IX

quand ?Les ombres sur un ventre nu, tordu, rejeté en arrière, oublié puisque ses jambes ont été arrachées. Aurait-il crié si le cou n’avait été brisé d’un seul coup ?Personne n’a rien entendu. Seules les ombres perdues sur ce ventre témoignent de ce qu’on ne saura décrire.pourquoi ?il aura été un gentil garçon, un fils de la terre. Il aura été celui-là –qui a travaillé–qui n’a pas travaillé– j’aurais pu l’aimer !quand ?de quoi se souvient-on finalement ? ni sa discrétion ni son cri emporté en même temps que sa tête. pourquoi lui... [Lire la suite]
Posté par Emiloso à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2008

Posté par Emiloso à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2008

Posté par Emiloso à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2008

Posté par Emiloso à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2008

Posté par Emiloso à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2008

                  
Posté par Emiloso à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2008

autoportrait

      
Posté par Emiloso à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2008

                  
Posté par Emiloso à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2008

                                              
Posté par Emiloso à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2008

      
Posté par Emiloso à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]